Contamination de l'air à Frontignan : le rapport d'investigations du centre Analytika contredit les conclusions rassurantes de l'organisme Air-Languedoc

Cliché Christian Ferrer

À la demande des services techniques de la mairie de Frontignan, le centre indépendant Analytika a réalisé deux campagnes successives de prélèvement d'air ambiant (sur six capteurs passifs) avec dépistage systématique GC/MS pour connaître la qualité de l'air respiré par les habitants.

Comme le révèle notre rapport analytique du 08-03-2016, les résultats semi-quantitatifs de cette étude préliminaire sont préoccupants car ils révèlent dans l'air urbain de Frontignan la présence d'un grand nombre de contaminants chimiques organiques volatils toxiques dont l'originale industrielle ne fait aucun doute.

La présence de ces contaminants n'a jamais encore été rapportée par les autorités en charge de la surveillance de la qualité de l'air, alors même que plusieurs de ces substances sont classées CMR (Cancérigène Mutagène Reprotoxique) et PE (Perturbateurs Endocriniens) et donc fortement préjudiciables à la santé des habitants.

Conduite à la demande de CABT (Communauté Agglomération Bassin Thau)une précédente étude en juillet/août 2015 portant sur une campagne de prélèvements d'air sur neuf (9) capteurs passifs avait déjà révélé la présence de nombreux contaminants chimiques organiques toxiques volatils et semi-volatils d'origine industrielle dans l'air atmosphérique sur l'ex-site industriel Ciments Lafarge, parmi lesquels figurent aussi plusieurs substances classés CMR (Cancérigène Mutagène Reprotoxique) et PE (Perturbateurs Endocriniens).

La qualité de l'air à Frontignan et dans les environs ne s'avère donc absolument pas conforme aux conclusions rassurantes des études conduites par l'organisme Air Languedoc-Roussillon.

Écrire commentaire

Commentaires : 0