Site industriel HARSCO à Imphy

Poussières toxiques dans l'air de la commune d'Imphy

13-04-2017

À la demande de l'ASSOCIATION HENRI PEZERAT, le centre indépendant Analytika a procédé au dépistage systématique GC/MS des contaminants chimiques organiques et au dépistage systématique ICP/MS de 50 éléments chimiques inorganiques sur plusieurs échantillons de poussières et de sols, collectés sous contrôle d'huissier sur la commune d'Imphy.

 

06-03-2016

À la demande du collectif STOP POLLUTION, le centre indépendant Analytika a procédé au dépistage systématique GC/MS des contaminants chimiques organiques et au dépistage systématique ICP/MS de 50 éléments chimiques inorganiques sur un échantillon de poussières collecté sur la commune d'Imphy.

 

Les rapports analytiques ci-dessous montrent des résultats préoccupants puisque l'air de la commune est effectivement chargé de poussières, transportant des :

Chargées de ces contaminants toxiques, les poussières engendrées par l'activités du site HARSCO Metals & Minerals sont inévitablement respirées par les habitants de la commune.

Aucune étude des conséquences pour la santé publique n'a cependant encore été engagée par les autorités

Télécharger
Rapport Analytika N° 170413-1 : contaminants chimiques toxiques dans l'air et les sols de la commune d'Imphy
Prélèvements de poussières dans l'air atmosphérique et sols potentiellement contaminés (13-04-2017)
Méthodes analytiques : dépistages systématiques GC/MS et ICP/MS
rapport_170413-1.pdf
Document Adobe Acrobat 487.7 KB
Télécharger
Rapport Analytika N° 160208-1 : contaminants chimiques organiques toxiques des poussières dans l'air de la commune d'Imphy
Prélèvement : poussières dans l'air atmosphérique (08-02-2016)
Méthode analytique : dépistage systématique GC/MS
rapport_160208-1.pdf
Document Adobe Acrobat 561.1 KB
Télécharger
Rapport Analytika N° 160208-2 : contaminants chimiques inorganiques toxiques des poussières dans l'air de la commune d'Imphy
Prélèvement : poussières dans l'air atmosphérique (08-02-2016)
Méthode analytique : dépistage systématique ICP/MS
rapport_160208-2.pdf
Document Adobe Acrobat 98.9 KB

Investigation résolue : Fermeture du site industriel Harsco à Imphy

Les résultats des études du centre Analytika ont permis d'appuyer la plainte auprès du tribunal administratif porté par le Collectif Stop Pollutions. Ces éléments ont conduit la préfecture de la Nièvre à revoir leur arrêté concernant l'exploitation du site industriel Harsco à Imphy.


Le nouvel arrêté limitant la quantité de camion pouvant accéder au site (de 100/jour à 15/jour), obligeant l'exploitant à couvrir une grande partie du site, et lui interdisant de traiter des déchets en provenance d'autres aciéries a eu pour conséquence le désengagement de Harsco Minerals de cette exploitation, et la fermeture du site.

Télécharger
Arrété Préfectoral du 27 Juillet 2017
Harsco-Imphy_arrete27072017.pdf
Document Adobe Acrobat 149.3 KB
Télécharger
Arrété Préfectoral du 22 Mai 2017
Harsco-Imphy_arrete22052017.pdf
Document Adobe Acrobat 558.1 KB

La presse en parle


Pollution de l’air à Imphy : Harsco Minerals baisse les bras dans la Nièvre

Le Lanceur| Article de Daphné Gastaldi / We Report

Suite au combat du collectif Stop Pollutions, le site d’Harsco Metals & Minerals France à Sauvigny-les-Bois (Bourgogne) est en cessation d’activité. Épilogue d’un long combat, révélé par Lyon Capitale et Le Lanceur.

 

« C’est une victoire citoyenne », s’émeut Roger Martin. Après huit ans de lutte contre la pollution, ce retraité n’en revient pas d’un tel dénouement. Harsco Metals & Minerals France, filiale de la multinationale Harsco, doit démanteler un site de traitement des résidus d’aciéries, à quelques mètres à peine de sa maison, sur les communes limitrophes d’Imphy et Sauvigny-les-Bois, dans la Nièvre. Comme beaucoup de riverains, Roger Martin et sa femme Christelle, à l’origine du collectif Stop Pollutions, se plaignent des nuisances causées par l’industrie. De la poussière grise, émise lors du broyage et de la démétallisation des scories, retombait sur leurs habitations, jusque dans leur système de ventilation, dans les jardins et s’incrustait sur les chaussées. Ces particules ont été jugées dangereuses, selon des analyses effectuées à leur demande par le laboratoire indépendant Analytika.

Lire la suite 0 commentaires

La guerre de l’air à Imphy

Le Lanceur| Article de Daphné Gastaldi / We Report

En quelques mois, les citoyens d’Imphy et de Sauvigny-les-Bois ont brisé l’omerta sur l’envol de poussières chargées de métaux lourds, dans ce coin de la Nièvre. Les particules proviennent du site d’Harsco Minerals, une multinationale qui recycle le terril de l’aciérie d’Imphy pour en extraire du nickel ou des terres rares convoitées. Alerté par les problèmes de santé des riverains, le collectif Stop Pollutions vient de faire analyser ces particules fines. Les résultats, qui serviront de preuves dans leur action en justice, Le Lanceur a pu les consulter.


Excusez notre ami, il a dû partir à Paris pour des examens pulmonaires poussés”, lance Roger Martin avant d’ouvrir la réunion, dans la salle des associations d’Imphy (Bourgogne). Un soupir circule autour de la table, en ce samedi après-midi. Il faut dire qu’ils ont l’habitude, ces anciens salariés de l’aciérie. Depuis des années, ils voient tomber leurs collègues de l’usine, touchés par différents cancers liés à l’amiante.


Dans le quartier où se trouve le terril de l’usine, on s’inquiète de la qualité de l’air, des surinfections bronchiques chez les enfants ou de problèmes de thyroïde chez les femmes du voisinage. Même si plus rien ne semble étonner les citoyens de cette commune d’environ 3 000 habitants qui s’est forgée autour des Aciéries d’Imphy, appelées aujourd’hui Aperam et détenues en grande partie par la famille Mittal.


En revanche, s’ils ont subi de plein fouet les ravages de l’amiante, ils ne supporteront pas un scandale sanitaire de plus. Depuis des mois, une vingtaine de citoyens réunis au sein du collectif Stop Pollutions dénoncent les rejets de poussières toxiques dans la ville, en provenance du terril exploité par Harsco Minerals.


C’est en 2009 que la multinationale s’est implantée sur le terril d’Imphy, alors inerte et végétalisé, avec l’autorisation de la préfecture de Nevers et l’accord d’Aperam, pour y recycler les “laitiers”, c’est-à-dire la matière de recouvrement utilisée lors de la fonte du métal contenant de la chaux, de la silice ou encore de l’oxyde de chrome. Depuis, Harsco Minerals a traité tout le crassier (autre nom du terril) historique et recycle désormais les nouveaux laitiers des fours d’Imphy, mais aussi d’autres usines en France. En tout, il y aurait déjà eu près de 600 000 tonnes broyées et filtrées sur place, selon la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). Mais, en traitant ces déchets pour en extraire des métaux à forte valeur marchande, de fines particules s’envolent dans l’atmosphère sur les communes d’Imphy et Sauvigny-les-bois.

 

« On n’est plus dans les Trente Glorieuses, ça suffit. On ne devrait pas trouver des phtalates dans l’air que respirent les citoyens »

 

Pour prouver cette pollution, les riverains ont décidé d’ouvrir leurs systèmes de ventilation, de racler leurs pare-brise… pour récupérer eux-mêmes la poussière qui s’incruste dans leurs maisons et la faire analyser.

 

“Je suis indigné quand je vois les résultats, souffle de l’autre côté du combiné Bernard Tailliez, dans son laboratoire indépendant, Analytika, à Cuers (Var). On n’est plus dans les Trente Glorieuses, ça suffit. On ne devrait pas trouver des phtalates et des terres rares dans l’air que respirent les citoyens.”

 

Le directeur de ce laboratoire privé qui a fait les analyses s’inquiète de la présence de trois phtalates, reconnus comme des perturbateurs endocriniens, surtout le DEHP. “Nos rapports analytiques mettent en évidence la présence de très nombreux polluants à de fortes concentrations dans les poussières aéroportées induites par une activité industrielle autorisée. Ils démontrent donc que les pouvoirs publics n’ont pas satisfait à l’obligation que leur impose l’article 5 de la Charte constitutionnelle de l’environnement*”, commente-t-il.

Lire la suite 0 commentaires