Site industriel HARSCO à Imphy

Poussières fortement toxiques dans l'air de la commune d'Imphy

06-03-2016

À la demande du collectif STOP POLLUTION, le centre indépendant Analytika a procédé au dépistage systématique GC/MS des contaminants chimiques organiques et au dépistage systématique ICP/MS de 50 éléments chimiques inorganiques sur un échantillon de poussières collecté sur la commune d'Imphy.

 

Les rapports analytiques de ces deux études scientifiques semi-quantitatives montrent ci-dessous des résultats préoccupants.

 

En effet l'air atmosphérique de la commune est chargé de poussières toxiques, contenant des phthalates (substances toxiques classées PE ou Perturbateurs Endocriniens), des métaux lourds et des terres rares.

Libérés dans l'atmosphère par les activités du site ICPE voisin HARSCO Metals & Minérals (sous surveillance des agents de la DREAL), ces poussières toxiques sont respirées par les habitants.

Télécharger
Rapport du centre Analytika: contaminants chimiques organiques toxiques des poussières dans l'air de la commune d'Imphy.
Prélèvement : poussières dans l'air atmosphérique.
Date : 8 février 2016.
Méthode analytique : dépistage systématique GC/MS.
-
rapport_160208-1.pdf
Document Adobe Acrobat 561.1 KB
Télécharger
Rapport du centre Analytika: contaminants chimiques inorganiques toxiques des poussières dans l'air de la commune d'Imphy.
Prélèvement : poussières dans l'air atmosphérique.
Date : 8 février 2016.
Méthode analytique : dépistage systématique ICP/MS.
-
rapport_160208-2.pdf
Document Adobe Acrobat 98.9 KB

Extrait de l'article du magazine indépendant Le Lanceur "La Guerre de l'Air à Imphy":

Daphné Gastaldi (journaliste indépendante) :

[...]

Pour prouver cette pollution, les riverains ont décidé d’ouvrir leurs systèmes de ventilation, de racler leurs pare-brise… pour récupérer eux-mêmes la poussière qui s’incruste dans leurs maisons et la faire analyser. “Je suis indigné quand je vois les résultats, souffle de l’autre côté du combiné Bernard Tailliez, dans son laboratoire indépendant, Analytika, à Cuers (Var). On n’est plus dans les Trente Glorieuses, ça suffit. On ne devrait pas trouver des phtalates et des terres rares dans l’air que respirent les citoyens.”

Le directeur de ce laboratoire privé qui a fait les analyses s’inquiète de la présence de trois phtalates, reconnus comme des perturbateurs endocriniens, surtout le DEHP. “Nos rapports analytiques mettent en évidence la présence de très nombreux polluants à de fortes concentrations dans les poussières aéroportées induites par une activité industrielle autorisée. Ils démontrent donc que les pouvoirs publics n’ont pas satisfait à l’obligation que leur impose l’article 5 de la Charte constitutionnelle de l’environnement*, commente-t-il.

[...]